Architecture

Vous êtes ici

Ecouter

L'École de plein air : architecture

L’enseignement, mixte dès son ouverture en novembre 1935, se déroulait dans les huit pavillons placés dans le parc. Dans le long bâtiment situé sur la limité nord du terrain, étaient situés des services communs : restauration, salles de gymnastique, ateliers, douches, et au centre la maternelle. Les deux ailes étaient disposées de manière analogue. Elles comprenaient au rez-de-chaussée l'entrée, la salle d'examen médical et d'attente pour les parents, les vestiaires, les lavabos et les douches, des salles de travaux pratiques ainsi qu'un grand préau avec portes coulissantes sur l'extérieur et une rampe vers l'étage.


Le bâtiment collectif

À l'étage se trouvaient réfectoire et office, dortoirs, logements du personnel. Pour circuler les enfants n'utilisaient que des rampes. La maternelle, au centre, comprenait deux classes, un préau, un réfectoire, des vestiaires et lavabos, une loge centrale. La place artificielle pour traitement thérapeutique était utilisée par toute l'école. Dans le parc, relié à la maternelle, se trouve un pavillon octogonal.



Le pavillon octogonal ouvert

Les bâtiments sont construits en ossature d'acier et de dalles moulées d'avance en béton à gros cailloux de 2,00 m x 2,00 m (système «Contex»). Les extrémités et le mur nord du bâtiment central sont montées en brique de 32 cm. Au midi, les parapets sont revêtus de plaques d'acier, les poteaux restent libres. Le revêtement intérieur est en dalle de travertin. Les planchers-toitures sont constitués d'enduit sur métal déployé, remplissage en terre d'infusoires, plaques en béton vibré, béton cellulaire, béton de scories, cimentage et asphalte coulé.

Photo actuelle de l'EPA de Suresnes

Le bâtiment collectif et le pavillon octogonal

Les fenêtres et les portes ont des châssis métalliques, des vitrages simples qui coulissent horizontalement. Les douches sont dotées de barbotoirs intérieurs et extérieurs qui, au moyen d'une paroi coulissante peuvent être réunis en un seul ensemble. À son arrivée, l'enfant passait un contrôle médical puis se lavait les mains, se brossait les dents avant de rejoindre sa classe-pavillon. Avant le repas de midi, tous les enfants passaient aux douches et aux bains. Le repas terminé, les enfants faisaient la sieste au premier étage du bâtiment principal ou dans les solaria découverts au-dessus de chaque classe, voire en plein air.

Photo des années 30 de l'EPA de Suresnes. Des enfants prennent une douche et se baignent.

La baignade à l'EPA

Les huit pavillons de classe pouvaient accueillir chacun 20-25 enfants. On y accède par la galerie couverte. Leurs dimensions sont de 8,80 x 6,00 m ; leur hauteur de 4,00 m. Chaque pavillon a trois côtés vitrés (sud, est et ouest) intégralement ouvrables par des portes en accordéon. Ils sont chauffés par le sol, sous le dallage de quartzite, par un chauffage à air chaud qui remonte le long des parois vitrées par des bouches situées sur le pourtour des pavillons.

Un pavillon-classe de l'EPA de Suresnes. Photo datant probablement des années 30. Cette photo montre une classe ouverte avec des élèves étudiant.

Un pavillon-classe avec ses trois baies vitrées ouvertes en accordéon

Le mobilier était constitué de sièges-pupitres en almasilium et en bois dont des éléments sont conservés au Musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS). Devant chaque classe, un espace ombragé est destiné à l'enseignement de plein air appelée "classe de verdure".