[Vidéo] Les jeudis du Grhapes : « Approches psychanalytiques du handicap » 6 février 2020

Vous êtes ici

Ecouter
 

Détail des interventions de la huitième séance du séminaire de recherche « Les jeudis du Grhapes » 2019-2020 « Altérité(s) et société inclusive » 

6 février 2020 : « Approches psychanalytiques du handicap » 
Simone Korff Sausse, Cristina Lindenmeyer

Qu'est-ce que la psychanalyse peut dire sur la société inclusive ? 

Simone Korff Sausse, psychanalyste, membre de la SPP., anciennement maître de conférence à l'université Paris 7 Diderot, UFR Etudes psychanalytiques, et membre du CPRMS.

« Le paysage du handicap a radicalement changé depuis quelques décennies, en particulier avec la passage du modèle de l'intégration à celui d'inclusion. Si la psychanalyse est classiquement une théorie et une méthode d'investigation et de traitement d'une personne, considérée comme un patient, à partir de sa subjectivité et de sa singularité, qu'en reste-t-il dans les pratiques et les approches du contexte actuel, où sont privilégiées les problématiques sociétales, les problèmes concrets d'insertion et où la personne en situation de handicap est située comme membre d'un groupe social minoritaire? Les outils psychanalytiques peuvent -ils encore s'appliquer? Et dans ce cas, il faudrait en définir les conditions et les limites. »
 

 

Métapsychologie de l'humain augmenté et handicap 

Cristina Lindenmeyer, psychanalyste (Association Psychanalytique de France, APF), maitre de conférences HDR à l'Université Paris Diderot/Université de Paris et Membre du Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société (CRPMS), chercheuse associée au pôle de recherches « Santé connectée et humain augmenté » de l'Institut des Sciences de la Communication du CNRS (UMS 3665) et coordinatrice du groupe de travail «Santé et Intelligence artificielle » au GDR Internet et Société du CNRS (UPR 2000). 
Ses travaux portent sur les problématiques des transformations corporelles en interaction avec les nouvelles technologies et biotechnologies à partir de l'apport psychanalytique.

« L'être humain subit actuellement une série de bouleversements de par l'émergence de nouveaux dispositifs technologiques dont l'évolution croissante permet de connecter ou d'introduire dans le corps de façon plus ou moins invasive, une série de microcomposants électroniques, d'électrodes, prothèses esthétiques ou bioniques, et dont le but est la « réparation » dans les cas d'handicap ou l'« augmentation» du sujet. Ceci présente un intérêt certain pour les sciences humaines, puisque ces expériences innovantes, inscrites au cœur de ce nouvel idéal prométhéen, nous imposent la re défintion de l'humain.

Appuyée sur sa pratique clinique et des recherches dans le champ du handicap, l'auteure présentera certains défis et effets psychiques qui accompagnent cette nouvelle ère, nommée par certains de « l'humain augmenté » ou transhumaniste. »


Informations pratiques

Jeudi 6 février 2020, de 14 à 16 heures.
Pot d'accueil à 13 h 30 au foyer.

Les conférences seront suivies par un échange avec l'auditoire.
L'entrée est libre sur présentation d'une pièce d'identité. 

Amphithéâtre de l'INSHEA,
58-60 avenue des Landes, 92150 Suresnes.